LES CHIMERES DE L'EXIL - MARIE KUHLMANN - PRESSES DE LA CITE

Les Chimères de l'exil de Marie Kuhlmann

Pour Louise, tout se déroula dans une sorte d'hébétude mêlée d'angoisse. Voulait-elle vraiment tout quitter ? Ce départ auquel elle s'était résolue, préparée même, avec ardeur, était-il nécessaire ? Dans sa tête, le but se fit de plus en plus incertain. N'était-ce qu'un rêve fou, un nuage de fumée ?
Chaque pas lui coûtait un effort presque insurmontable. Son amie Sidonie la prit par la taille et ralentit, elle aussi. Devant elles progressait Valentin, tenant son fils par la main. L'enfant s'inquiéta tout-à-coup de ne plus voir Louise, dissimulée par les voyageurs qui se bousculaient en direction des wagons. Habituellement, la petite gare de Mutzig, édifiée peu d'années auparavant le long d'une ligne à une seule voie vers Strasbourg, voyait passer davantage de marchandises que de personnes. Aux aurores de ce samedi de juillet 1872, le nombre important de valises, malles et sacs annonçait un grand départ.
- Louise, où es-tu ? cria l'enfant, pris de panique.
Le brouhaha étouffa l'appel. Louise dépassa alors un couple et vit René. Les larmes s'étaient mises à couler sur les joues de l'enfant. Valentin souleva son fils pour le serrer dans ses bras. Il la cherchait des yeux, lui aussi, contrarié peut-être.
Louise frissonna dans la légère fraîcheur de ce matin d'été ; le ciel était limpide. La fatigue d'une nuit sans sommeil lui troublait l'esprit. L'anxiété la paralysait. N'ayant jamais pris le train, elle redoutait cette longue journée de voyage. Une fois partie, elle ne pourrait rebrousser chemin.
Valentin commençait à charger ses propres bagages. Elle devina, comme si elle lisait dans son esprit, qu'il hésitait à y ajouter le sien. Il était temps, mais elle ne savait plus que faire. D'un élan désespéré Louise s'accrocha au cou de Sidonie, qui l'entoura de ses bras. Le monde autour d'elles cessa d'exister. Seule comptait l'immense affection qui les unissait.

Extrait du roman Les Chimères de l'exil de Marie Kulmann paru aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France le 24 mars 2016.

Extrait tiré de notre Almanach Des Terres de France.

C'est donc avec l'extrait de cet excellent roman que

Je vous souhaite un agréable dimanche
à vous tous et bonne lecture encore et toujours !

114963722