Binchy and her hobbies

STEPHANIE WOLFF PARIS - COLLECTION ROBES DE MARIEES 2017.

COLLECTION 2017 - STEPHANIE WOLFF PARIS

DECO BLOG BINCHY AND HER HOBBIES

Comme je vous l'annonçais ICI, la Collection 2017 Robes de Mariées de Stéphanie, STEPHANIE WOLFF PARIS, est en ligne. Vous pouvez la visionner en cliquant ICI. Ses robes sont sublimes et entièrement réalisées en France. Sur le site de la créatrice, vous retrouverez également tous ses points de ventes en France et à l'étranger. Bonne visite à vous tous. N'hésitez pas à partager sur les réseaux sociaux, je remercie mes amis qui l'ont déjà effectué.


27 février 2017

UNE REINE DE TROP - JEAN-PAUL MALAVAL - TRESORS DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE.

UNE REINDE DE TROP - JEAN-PAUL MALAVAL - PRESSES DE LA CITE - TRESORS DE FRANCE

Soudain, l'homme se détacha du siège et partit vers la rumeur qui enflait sur la ligne ondulée des collines. Il désigna l'est, d'un index précis. Françoise scruta aussi le nuage de poussière grise qui roulait sur lui-même. A mesure que l'oeil s'accommodait, la nuée se fit boule dansante, comme si elle semblait suspendue dans l'éther. Et parfois, aussi, la boule se défaisait dans cette singulière respiration qui l'animait, puis s'étirait comme une draperie de soie.
- Oh oui ! Je le vois ! s'écria Françoise.
Maintenant, le bourdonnement donnait de la voix. Grave et monotone. Il gravissait d'intensité, dans cette danse joyeuse. Il rythmait son mouvement, comme un coeur puisant sa force dans la chair vive.
- Vingt mille, trente mille, exultait Victor Martinien.
- Vous voulez dire trente mille abeilles ?
- Et une reine. Une seule reine. Tout au centre de l'armada. Si fragile, ajouta l'apiculteur en joignant les mains.
Dans ces instants, il priait secrètement pour que la communauté parvienne, saine et sauve, à son port d'attache. Il suffisait d'un rien pour que l'odyssée tourne en catastrophe. Un oiseau piquant sur la reine et la goban d'un coup... Dès lors, orphelines, les abeilles connaîtraient le sort funeste des cités livrées au chaos.
Françoise se mit à battre des mains.
Dire que j'aurais pu ne jamais connaître ce divin spectacle.
Pour un peu, elle eût saisi la main de l'apiculteur, l'eût agrippé à l'épaule, embrassé peut-être. Maintenant, il exultait aussi, de voir l'essaim si proche du but. Pourtant, ce n'était pas la première fois qu'il assistait au déplacement d'un essaim. Mais, chaque fois, il éprouvait la même émotion. Et il mesurait aussi combien ce spectacle, l'essaimage, avait dû impressionner les peuples anciens, en ces temps reculés où chaque signe du ciel était des dieux. Et s'il n'eût craint le ridicule, pour le coup il se fût agenouillé devant le prodige, éternellement recommencé.

Extrait du roman Une reine de trop de Jean-Paul Malaval paru aux Presses de la Cité dans la collection Trésors de France.
Almanach des Terres de France.

Un roman paru une première fois en 2006 aux Presses de la Cité - Terres de France, dont je vous parle ICI. J'ai adoré ce livre et je vous conseille de le lire si ce n'est déjà fait. Disponible (ou à commander) dans votre librairie indépendante. Librairie Passerelles de Vienne.

UNE REINDE DE TROP - JEAN-PAUL MALAVAL - PRESSES DE LA CITE - TERRES DE FRANCE

Posté par BINCHY à 09:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

EN CE DEBUT DE SEMAINE...

P1640185

C'est avec ces quelques vues sur le village des Côtes d'Arey que,

P1640186

Je vous souhaite une agréable semaine.

P1640184

Posté par BINCHY à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2017

UNE ANNEE DANS LA VIE D'UNE FEMME - GUILLEMETTE DE LA BORIE.

UNE ANNEE DANS LA VIE D'UNE FEMME - GUILLEMETTE DE LA BORIE - PRESSES DE LA CITE

Enfin, le GPS l'emmène sur une bretelle d'autoroute, pour s'engager dans un vrai pays, avec de vraies routes qui tournent, des lumières aux fenêtres de vraies maisons habitées. Campniac approche. Aliénor tente de nouveau de rassembler des souvenirs. Maigre butin, impressions éparses : une longue façade de pierres rêches sous ses mains de petite fille, le caquètement des poules qui lui faisaient peur ; le feu d'enfer d'une cuisinière noire, même en été ; des bidons de fer-blanc déposés à la porte, dans un grincement agaçant pour les dents. D'énormes miches de pain, comme jamais elle n'en a vu ailleurs, sur lesquelles on traçait une croix au couteau au moment de les entamer. Dans le vestibule, un débat houleux entre sa mère et... qui donc ? Elle ne saisissait pas les enjeux, seulement la tension des adultes. Au-delà, plus rien. Quand avaient-ils cessé de venir à Campniac, pour aller chercher le soleil au bout du monde ? Certainement avant ses cinq ans.
Comme un cadeau d'accueil au moment d'aborder la vallée de la Dordogne, un soleil bas émerge des nuages, en blondissant les pierres des villages, en peuplant de longues ombres les méandres de la rivière. Laissant Sarlat-la-Canéda sur sa droite, elle est passée sous la masse imposante du château de Beynac. A Siorac-en-Périgord, le GPS lui a donné l'ordre de piquer plein sud, vers Belvès. En s'éloignant de la vallée, le paysage s'assombrit : elle s'est enfoncée sur de petites routes sinueuses, bordant des sous-bois de châtaigniers torturés, de fougères noircies par le gel.
Aliénor n'a prévenu personne à Paris de son voyage. Et pas non plus la vieille Irène, la gardienne des lieux. Au moment d'arriver, cela l'intimide tout d'un coup d'imposer sa présencee. Et puis la maison est-elle habitable ? Sans doute, puisque sont père y avait fait un dernier séjour à peine deux mois avant sa mort. Il est encore temps de chercher une chambre d'hôtel à proximité. Mais non, c'est à Campniac qu'elle veut aller, car c'est durant la nuit qu'on saisit l'âme d'une maison...

Extrait du roman Une année dans la vie d'une femme de Guillemette de La Borie paru aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France, cliquez ICI.

Extrait publié dans l'Almanach des Terres de France - Presses de la Cité - 2017.

PRESSES DE LA CITE

En cliquant ICI ou sur le logo ci-dessus, vous pourrez découvrir la quatrième de couverture de cet excellent roman. Vous pourrez également écouter Guillemette de La Borie nous parler de son roman. Je vous conseille vraiment de l'écouter...

C'est avec ce partage que,

Je vous souhaite
un agréable dimanche et,

BONNE LECTURE !
Des ouvrages qui nous font du bien.
Des ouvrages qui nous parlent de la vie.

TERRES DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE - LOGO

25 février 2017

24 HEURES PHOTO...

P1640100 

Ma 78ème participation chez notre amie Patricia qui a pris le relais de
la photo de la semaine chez Amartia (Il y a déjà plus d'un an)
Merci encore Patricia, 
cliquez  ICI.   

Comme je vous l'indiquais ICI, mardi 21 février, se déroulait à la bibliothèque de Septème, le loto littéraire. Vous pouvez voir les photos de cet agréable après-midi en cliquant ICI. Un après-midi en toute convivialité sous la houlette de Sophie et son excellente équipe de bénévoles ! Merci pour ce bon moment, un loto en toute simplicité. 

J'en reviens à la photo. Photo que j'ai prise ce jour là, à Septème, au rond point juste avant de prendre la direction du centre du village. Ce cliché représente la miniature du Château de Septème que je n'ai encore jamais visité. 

Je vous souhaite un agréable week-end.

24 HEURES PHOTO - PATRICIA MONTAUD - VERCORS

Posté par BINCHY à 06:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :


24 février 2017

LE BOUQUET DU VENDREDI...

P1640129

 

Déjà à nouveau vendredi ! Dingue comme le temps passe vite, oh très vite ! Ma participation au bouquet du vendredi chez notre amie Nelly, blog : Mas des Paillasses. Le bouquet de chaque participante sera visible ce soir, dès 20 heures, en cliquant ICI.

Je vous souhaite une belle journée.

Posté par BINCHY à 06:00 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
Tags :

23 février 2017

L'EAU ET LES FORETS...

P1640073

-Février n'est jamais si dur ni si méchant qu'il ne nous fasse don de sept jours de printemps-

En ce 23 février, jour de la Saint-Lazare, un cliché pris lundi dans le Jardin du Bois Marquis de Vernioz, cliquez ICI et un extrait de l'Almanach des Terres de France, cliquez ICI.

La France en vert - L'eau et les forêts
Les forêts jouent un rôle très important dans le cycle de l'eau, lorsqu'il pleut, 20 à 50 % de la pluie est retenue par le feuillage des arbres ; celle-ci s'égoutte peu à peu ou glisse des branches le long des troncs. Ce phénomène amortit et régule l'arrivée de l'eau au sol. L'eau va donc s'acheminer lentement dans le sol pour aller nourrir les nappes phréatiques ; les ruissellements en surface sont en contrepartie fortement réduits. Les forêts sont donc fondamentales pour réguler le régime des eaux : elles permettent non seulement d'approvisionner les nappes d'eau souterraines, mais aussi d'éviter le gonflement des rivières et les risques d'inondation. Par ailleurs, les arbres ont la capacité d'évaporer l'eau qu'ils puisent dans le sol : l'humidité atmosphérique s'en trouve accrue, ce qui engendre en retour des pluies, essentielles à la survie de la flore et de la faune, et à l'équilibre des écosystèmes.

 Je vous souhaite une belle journée à vous tous.

Posté par BINCHY à 08:15 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2017

UN NOUVEAU PETIT TOUR AU JARDIN...

P1640052

Je vous emmène à nouveau effectuer un petit tour dans le Jardin de Ville de Vienne avec ce cliché pris samedi en fin de journée. J'en profite ici pour vous remercier pour tous vos petits mots sous mes billets précédents car je ne vais pas avoir le temps de répondre à chacun d'entre vous. C'est ma semaine Mamie... comme la plupart d'entre nous en cette période de congés scolaires.

Je vous souhaite une belle journée.

Posté par BINCHY à 08:45 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :

20 février 2017

UN SOURIRE POUR MATHILDE - ALBERT DUCLOZ.

UN SOURIRE POUR MATHILDE - ALBERT DUCLOZ - EDITIONS DE BOREE

Arnaud parviendra-t'il à tenir la promesse faite à Camille ?

Arnaud, fils du baron de Lespinasse, et Camille, la fille des métayers du domaine, décident de s'aimer en secret malgré leurs différences sociale. Le sort va s'acharner sur le couple. Tandis que Camille tombe enceinte, Arnaud est mobilisé dès le début de la Grande Guerre. De peur d'affronter seule les reproches de sa famille, Camille fait promettre à son bien-aimé de revenir vivant du front. Arnaud va ainsi imaginer de nombreux subterfuges pour prendre soin de sa femme et de sa fille Mathilde, quitte à risquer sa vie, et surtout son honneur...

"L'amour est plus fort que la guerre".

Fleur au fusil, les hommes devaient marcher joyeux jusqu'à Berlin où ils fêteraient Noël ! La mi-septembre était là, beaucoup déjà avaient perdu la vie, victimes qu'il faudrait remplacer par de plus jeunes hommes au fil des longues années désormais prévisibles. Retrouvant l'air libre et la clarté du ciel, Arnaud entrevit le visage de Camille, de cette femme qu'il aimait, mère de leur enfant. Arnaud se revoyait, lui promettant de revenir vivant. L'instant fut difficile. Entre son serment d'officier et sa promesse faite à la femme aimée, il choisit Camille. Non par peur de mourir, il n'était pas couard, mais par volonté d'aimer, de placer la vie au-dessus de la mort. Pour cela, autant qu'il le put, il couvrit de terre sa nuque et l'arrière de son casque, puis attendit que la nuit fût bien noire.

Une réflexion intéressante et indédite sur la désertion et l'honneur sous la plume d'un auteur chevronné ! Albert Ducloz !

J'ai plus qu'adoré ce roman que je viens de terminer. Encore une fois Albert Ducloz signe un roman de qualité. Un roman tiré de faits réels. Dès les premières pages nous sommes emportés par l'histoire de Camille et Arnaud. La lutte de Charles envers ses matayers, surtout la mère de Camille qui n'est pas facile du tout et ne pense qu'aux gains. Charles dont le coeur est emplit d'amour pour son fils et qui apprécie beaucoup Camille. Camille qu'il hébergera avec sa fille Mathilde. Je ne peux vous en dire plus... Ce roman m'a passionné, il faut dire qu'il est passionnant ! Un roman poignant sur l'avarice, l'amour et le pardon. Un roman que je vous conseille.

Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l'enfance romans, poésies, contes et nouvelles. Pourtant, après une carrière de directeur d'établissement de soins, ce n'est qu'en 2002 qu'il publie son premier roman Citadelles d'orgueil.
En 2007, il obtient le prix Claude Favre de Vaugelas pour Les Amants de juin (A lire). Un Sourire pour Mathilde est son neuvième roman aux Editions De Borée.

Je remercie très vivement l'Attachée de Presse des Editions De Borée pour l'envoi de cet ouvrage en avant première. De même que je remercie également très vivement tous les Attachés de Presses des Maisons d'Editions pour l'envoi des ouvrages à lire en avant/première, vous vous reconnaîtrez. Bien évidemment je lis les ouvrages par ordre d'arrivée.

Vous pouvez suivre toute l'actualité d'Albert en cliquant ICI.

C'est avec cet excellent roman dont je vous conseille la lecture que,
Je vous souhaite
une agréable semaine. 

BONNE LECTURE !

EDITIONS DE BOREE - PAGE FACEBOOK

(Cliquez sur l'image ci-dessus pour suivre la page facebook des Editions De Borée)

Posté par BINCHY à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

19 février 2017

LA TOUR DE MALVENT - GILBERT BORDES

LA TOUR DE MALVENT - GILBERT BORDES - PRESSES DE LA CITE - COLLECTION TERRES DE FRANCE

Tous avaient pourtant l'impression de se trouver face à un maître absolu qui les pointait du doigt. Mais que pouvait-il leur reprocher ? Ils avaient fait leur devoir envers la nation, les femmes avaient réussi à garder les terres en culture pendant quatre longues années, et à présent elles s'occupaient des survivants qu'il fallait habiller et parfois torcher comme des nourrissons poilus et malodorants. Les vieillards poussaient la charrue, les enfants portaient les sacs de grain et accomplissaient des tâches qui tordaient leur jeune corps, les tassaient, imprimaient sur leurs épaules et leur visage les marques indélébiles de la pauvreté.
La lune disparut derrière un nuage très sombre, épais comme la toison d'un énorme animal ; le bruit prit de l'intensité, devint une sorte de cri aigu qui vrillait les oreilles. Des femmes se signèrent et invoquèrent la Sainte Vierge. Les hommes serrèrent les poingts. Si Dieu ou le diable leur en voulait, qu'ils se montrent, et les gens de Malvent sauraient faire face. Ils avaient encore tous en tête les lettres bleues qu'apportaient chaque jour ou presque les gendarmes de Mauriac, avec ces quelques mots : MORT AU CHAMP D'HONNEUR. La gourmande avait dévoré toutes les forces vives de cette campagne austère. Que pouvait-elle exiger de plus ?
Malgré tout, ils restaient là. Dans la nuit froide et le vent du nord, ils claquaient des dents, prisonniers de ce bruit infernal tombant des nuées. La lune était ressortie ; sa lumière donnait du relief à la tour, ce monstre voisin qui gardait depuis des siècles jalousement la mémoire de leurs vies. Ne disait-on pas que les sorciers s'y rassemblaient à la pleine lune pour invoquer le diable et jeter des sorts à leurs ennemis ?
L'édifice menaçait de s'écrouler. De temps en temps, des coulées de pierres se détachaient des murs et ricochaient jusqu'au sol. En 1913, le préfet avait écrit au maire de Malvent que la tour devait être conservée et qu'il envisageait de la consolider. Pour éviter les accidents, des hommes d'Aurillac étaient venus poser du grillage autour du monument.

Extrait du roman La Tour de Malvent de Gilbert Bordes paru aux Presses de la Cité dans la collection Trésors de France, cliquez ICI.
- Almanach des Terres de France - Qu'il est bien cet Almanach ! Cliquez ICI.

Cet donc avec cet extrait que 
Je vous souhaite un agréable
après-midi à vous tous.

TERRES DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE

(Cliquez sur l'image ci-dessus)

Posté par BINCHY à 14:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :