RETOUR A BELLE ETOILE - GERARD GLATT - TERRES DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE

Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt

Le domaine Ferrandon, assez vaste en nombre de cornes, pas moins de quarante laitières, comptait également quelques cochons, une quinzaine de chèvres plus le bouc, un superbe animal au poil luisant, l'oeil toujours aux aguets, sans compter une volaille abondante et les incontournables lapins ; mais il se composait surtout de terres arables et de prairies, le tout réparti dans un environnement aisément accessible pour qui connaissait les plis et replis que forment les vallonnements forestiers de cette région où se situe Valliergue, un coin d'Auvergne serré entre Forez et Livradois. Tout seul, Jules aurait été incapable de venir à bout de l'ouvrage quotidien. Déjà, avec son beau-père, pourtant épaulés qu'ils étaient par un ouvrier agricole à demeure, ils y parvenaient à peine, oeuvrant quand la saison était belle et les jours assez longs jusqu'à des heures impensables. Dieu sait que l'ouvrier en question, un certain Victor, baraqué  comme trois et pourvu de cuisses à faire pâlir un boeuf, n'était ni manchot ni cul-de-jatte ! Mais c'était ainsi, rien n'y pouvait. Le travail appelait le travail. A la disparition de Ferdinand Rochette, Victor avait été sacrément remué et, sans même penser à tout ce qu'il abattait à lui seul, il avait craint un moment d'être remercié. C'est que Jules et lui ne se pratiquaient pas encore depuis si longtemps. Mais Jules avait eu tôt fait de le tranquilliser :
- Tu connais tout du domaine, avait-il observé en lui donnant une tape sur l'épaule, le moindre bout de terre, la moindre corne de bois, jusqu'à nos bêtes, que tu pourrais me désigner une par une si l'envie t'en prenait. On a trop besoin de toi, Victor. Et puis tu irais où, tu veux bien m'expliquer ? Serais-tu capable au moins de me dire depuis combien de temps tu gîtes ici ? Sérieux, je suis sûr que non !
Pour le coup, Victor en était resté bouche bée. Non pas à cause des années qu'il n'avait pas eu l'intention de dénombrer, mais en raison du Jules qu'il venait de découvrir. Un bon jeune homme ! et qui ne manquait surtout pas de coeur !
- Ici, tu es chez toi, avait conclu Jules. Et nous deux, maintenant, il faut qu'on fasse comme si on était toujours trois.

Extrait du roman Retour à Belle Etoile de Gérard Glatt paru aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France le 28 janvier 2016.
Extrait tiré de l'excellent Almanach Des Terres de France.

RETOUR A BELLE ETOILE - GERARD GLATT - TERRES DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE - SUITE 1