Sans titre - 2022-08-19T123806

C’est le week-end ! Les auteurs de la rentrée à l’honneur !

Ce week-end, et pendant quelques semaines, la revue PAGE des Libraire nous propose de découvrir des auteurs de la rentrée en vidéo et Allez chez votre libraire, lisez !

On commence avec Anthony Passeron et son premier roman Les Enfants endormis (Globe), coup de cœur des libraires. «Anthony Passeron, à travers l’histoire de son oncle, réveille avec beaucoup de tact et d’intelligence le souvenir d’une tragédie mondiale entachée de honte, d’ignorance et d’impuissance, tout en réhabilitant ces oubliés du Sida, victimes de la maladie et du silence, et honore les médecins qui se sont battus pour faire de ce virus mortel une maladie avec laquelle on peut vivre aujourd’hui».

Place ensuite au nouveau roman de Yannick Haenel, Le Trésorier-payeur (Gallimard). «D'un canevas de départ pour le moins inattendu, l'histoire d'un étudiant en philosophie qui devient un banquier fasciné par la dépense, Yannick Haenel tire un roman où les corps sont tout autant à la fête que l'esprit. Une flamboyante ode à la vie».

Avec La Nuit des pères (Noir sur Blanc), « Gaëlle Josse nous livre une fois encore un sublime roman, pudique et bouleversant. Quelques jours dans la vie d’une famille abîmée par le poids des non-dits, des colères, des souffrances invisibles».

Du côté des poches, on se réjouit de la parution de S’adapter de Clara Dupont-Monod (Le Livre de Poche), prix Femina et prix Goncourt des lycéens 2021. «Avec subtilité et délicatesse, Clara Dupont-Monod nous parle de la puissance des liens fraternels, de l’ambivalence face à la différence et de l’extraordinaire capacité d’adaptation de l’être humain. Un roman doté d’une rare puissance émotionnelle. Lumineux et magnifique».

En littérature jeunesse, ce week-end, on célèbre la force de la famille et de l’amitié.

«Quand l’histoire d’une famille rencontre la grande Histoire. Le 21 septembre 2001, une explosion a eu lieu à l’usine AZF de Toulouse semant la mort et le chaos dans toute la ville. Cet événement destructeur va servir de catalyseur aux membres dispersés d’une même famille et les aider à se rapprocher. » Pas la fin du monde de Rachel Corenblit (Bayard Jeunesse) est « un texte original et sensible !».

On poursuit avec Bande à part d’Emmanuel Bourdier (Flammarion Jeunesse). «Mina est une jeune fille en colère, elle ne supporte plus la misère, la faim, la guerre. Révoltée par l'inaction des adultes, elle décide de prendre les choses en main et crée avec son meilleur ami un club de justiciers. Les Gafavous sont nés. Mais même si les intentions sont bonnes, elle va vite se rendre compte qu'il est parfois compliqué d'aider les autres sans qu'ils le veuillent vraiment».

Bon week-end et bonnes lectures !