book_639

Alto Braco - Vanessa Bamberger : en librairie depuis le 10 janvier 2019.

Alto braco, "haut lieu" en occitan, l'ancien nom du plateau de l'Aubrac. Un nom mystérieux et âpre, à l'image des paysages que Brune traverse en venant y enterrer Douce, sa grand-mère. Du berceau familial, un petit village de l'Aveyron battu par les vents, elle ne reconnaît rien, ou a tout oublié. Après la mort de sa mère, elle a grandi à Paris, au-dessus du Catulle, le bistrot tenu par Douce et sa soeur Granita. Dures à la tâche, aimantes, fantasques, les deux femmes lui ont transmis le sens de l'humour et l'art d'esquiver le passé. Mais à mesure que Brune découvre ce pays d'élevage, à la fois ancestral et ultra-moderne, la vérité des origines affleure, et avec elle un sentiment qui ressemble à l'nvie d'appartenance.
Vanessa Bamberger signe ici un roman sensible sur le lien à la terre, la transmission et les secrets à l'oeuvre dans nos vies.

Encore un livre bouleversant, que j'ai adoré et qu'il m'est difficile de résumer au risque de trop dévoiler l'histoire. L'histoire de Brune avec "ses deux grands-mères" adorées qui ont tellement bien pris soin d'elle depuis le décès de sa maman. Douce et Granita ont joué les deux rôles, celui de mamie et celui de maman. Les derniers volontés de Douce étaient de reposer en Aubrac, la terre de ses racines, de son enfance et adolescence. Adolescence dont au fil des pages ont découvrira quelques rebondissements. Je ne vous en dévoile pas plus car cet excellent roman est A LIRE ! 
Ah, j'allais oublier, on retrouve bien le monde paysan d'aujourd'hui avec ses côtés positifs et négatifs. On s'imagine également se promenant dans cette si belle région que j'aimerais bien découvrir un jour car je n'y suis jamais allée (qu'aux travers de romans).

Dès son passage dans La Grande Librairie, j'ai eu envie de lire ce récit de Vanessa Bamberger.

Vanessa Bamberger vit à Paris. Après Principe de suspension (2017), elle rend hommage à travers cette fiction à l'Aubrac envoûtant de ses aïeules et à l'univers des éleveurs.

"Un très beau texte". Avantages.
"C'est passionnant"Le Figaro Littéraire.
"Un talent fou". Télématin