eho_nohant2c

Propos recueillis par Jean-Yves ESTRE - Publié dans le journal Dauphiné Libéré le 23 novembre 2017.

Gaëlle Nohant, auteur de "La part des flammes", vient de publier aux éditions Héloïse d'Ormesson "Légende du dormeur éveillé", roman consacré à Robert Desnos. Librairie Passerelles

Pourquoi avoir fait de Desnos un héros de roman ?

C'est un poète très important dans ma vie. C'est mon livre de chevet, celui qui console et réconforte quand je doute dans mon écriture. Aujourd'hui, il est sinon oublié, du moins pas reconnu à sa juste valeur. En faire un héros de roman, c'est lui redonner un peu de vie.

Quelle est la part de véracité et la part d'imagination ?

Le canevas, sa vie et son oeuvre, tout cela est vrai. Toute la chair du livre, pour lui comme pour son entourage, est inventée, mais en ne s'écartant jamais des clous de la vraisemblance.

Est-ce aussi un prétexte pour dépeindre une époque ?

Absolument, les années 1930 sont les plus belles années de Paris, les plus fascinantes, avec Prévert, Cocteau, Breton, Foujika, Kiki de Montparnasse... Je n'ai pas eu la chance de les connaître, mais j'ai voulu les faire revivre.

Vous dites souvent que, en cours d'écriture, vous ne savez pas où vous allez. Là, malheureusement, la fin était connue : la déportation, le typhus et la mort...

En fait, j'avais tout autant de liberté. Je savais où j'allais, mais pas par où j'allais passer. C'était un roman difficile à écrire car j'avais une dette envers ces morts, et surtout Desnos, il fallait que je sois fidèle à son esprit.

Desnos conseillait à un ami de suivre tel poète les yeux fermés, pour se perdre avec bonheur. Et vous ?

Moi, je l'ai suivi les yeux fermés et les yeux grands ouverts ! C'est un personnage qui m'a mise sur ma vraie trajectoire d'écrivain, pour partager avec le plus grand nombre de lecteurs et les faire voyager dans l'euphorie. J'ai envie d'être une passerelle entre un sujet important, qui me touche, et le plus grand nombre possible de lecteurs.

C'est une histoire tragique, mais joyeuse ?

Je voulais que ce soit un hymne à l'amour, à l'amitié, à la créativité, à l'image de Desnos, joyeux et galvanisant. Il a fait de sa vie quelque chose de lumineux et de fécond.

Nohant est-il votre véritable nom ou un pseudonyme en hommage à George Sand ?

Ce nom est venu tout seul et en effet je me suis choisi une très bonne marraine ! C'est important quand on écrit d'avoir deux vies séparées, celle de femme, de mère, et celle de romancière. Ca me donne une autre existence.

Rencontrer les lecteurs, dites-vous, c'est constater que le livre est fini et pouvoir passer à autre chose. C'est toujours vrai ?

Pour ce livre, c'est un peu différent. Les gens me disent qu'ils ne connaissaient pas Desnos, ou mal, et que cette rencontre est bouleversante. J'ai l'impression d'être utile...

La rencontre et le brunch littéraire avec Gaëlle Nohant, s'est déroulée hier à la Librairie Passerelles. Une belle rencontre, une rencontre très émouvante, passionnante !

Robert Desnos, Poète, critique et romancier né en 1900, Robert Desnos est poète, romancier et journaliste. Il fréquente les milieux surréalistes, puis s'en sépare. Arrêté par la Gestapo en 1944, il est déporté à Buchenwald, puis au camp de concentration de Theresienstadt. Malade du typhus, il y meurt en 1945, quelques jours après la libération du camp. On trouve ses poèmes dans la collection Poésie/Gallimard et l'essentiel de son oeuvre en un volume dans la collection Quarto.

GAELLE NOHANT - SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017 - LIBRAIRIE PASSERELLES DE VIENNE (ISERE)

C'est donc avec ces deux clichés pris hier à la Librairie Passerelles que,
Je vous souhaite un agréable dimanche à vous tous.

GAELLE NOHANT - SAMEDI 25 NOVEMBRE 2017 - LIBRAIRIE PASSERELLES DE VIENNE (ISERE) - SUITE 1