9782258108387

Les Coiffes rouges de Daniel Cario

Ils furent nombreux à se demander qui était cette femme enveloppée dans sa pèlerine, la tête perdue sous la capuche, un grand sac à la main. Elle était déjà passée voilà cinq minutes. Etait-elle égarée ? Elle marchait pourtant d'un bon pas et paraissait savoir où elle allait.
Dolorès Marques tournait autour du logis des parents comme un papillon de nuit effleure la lampe sans jamais s'y poser. La nuit assombrissait l'encaissement des pavés. D'autres femmes se pressaient vers les halles, rendez-vous quotidien depuis le début de la grève. Dolorès se décida à enfiler la rue Sainte-Hélène.
Les deux marches de pierre usée, la porte close, la pauvre n'avait plus la force d'avancer, mais les voisines allaient la reconnaître, lui réclamer des comptes. Ses doigts tremblants dénichèrent au fond de la poche la clé gardée depuis les obsèques de la mère. Le cliquetis dans la serrure la glaça, et elle reçut en plein visage une haleine de mort quand s'ouvrit le sanctuaire. Elle entra et referma bien vite, laissa tomber son bagage. Elle fut aussitôt terrorisée dans les ténèbres : la lampe... elle devait se trouver sur l'appui de la fenêtre ! Elle se heurta au banc-coffre resté au milieu de la pièce, ses doigts rencontrèrent le drap qui le recouvrait encore, et elle crut discerner allongée dessus la dépouille de sa mère.
"Je te demande pardon..."
Elle craqua plusieurs allumettes avant d'enflammer la mèche.
La pénombre ne fut que plus effrayante. Dans chaque recoin était tapi quelque fantôme ; en écho résonnait la voix de la couturière et grondait celle du père, qui avait envoyé à la mort la pauvre Marie aussi sûrement qu'en l'étranglant de ses propres mains. Pétrifiée, Dolorès s'efforçait de recouvrer son sang-froid. La flamme s'épanouissait dans le verre de la lampe et éclairait davantage. De chaque objet émanaient des ondes de douleur, comme s'ils voulaient témoigner de ce qu'ils avaient vécu. Sur le sol gisait la robe calcinée qui avait enclenché le drame. La jeune fille serra la douloureuse relique contre son coeur. Peu à peu sa frayeur laissait place à une immense détresse, et elle ne put contenir ses larmes. Elle pleurait enfin pour de bon, revenue dans cette maison qu'elle n'eût jamais dû quitter.

Extrait du roman Les Coiffes rouges de Daniel Cario paru aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France le 9 janvier 2014.
Extrait tiré de notre excellent Almanach Des Terres de France 2017.

Quatrième de couverture :

En 1924, le récit des célèbres grèves des penn-sardin, les sardinières de Douarnenez, en Bretagne, à travers le parcours d'une adolescente en pleine tourmente.
Epouses, filles, mères de marin, elles sont toutes penn-sardin à la conserverie Guéret sur le port de Douarnenez. Chaque jour, sous les ordres des contremaîtresses, elles s'échinent à une cadence infernale pour un salaire de misère. Parfois dures entre elles, les sardinières restent solidaires et aucune d'elles n'a oublié la vieille Clopine, mise à la porte et qui attend son heure, patiente. Un matin, avec tout l'éclat et l'insolence de sa jeunesse, surgit Dolorès.
Il y a presque cent ans, en 1924, sur les pavés de la ville rouge de Douarnenez, quelque quatre mille penn-sardin brandirent le drapeau de la révolte. Un roman « vrai » pour raconter ce magnifique symbole de la lutte ouvrière et de la dignité des femmes.

Il y a presque cent ans, en 1924, sur les pavés de la ville rouge de Douarnenez, quelque quatre mille penn-sardin brandirent le drapeau de la révolte. Un roman "vrai" pour raconter ce magnifique symbole de la lutte ouvrière et de la dignité des femmes.

"Ce beau portrait de femme (...) est aussi un témoignage émouvant de la condition ouvrière, il y a 100 ans et fait revivre avec moult détails cette Bretagne des années 20". Le Télégramme.

Cet excellent ouvrage a été sélectionné chez France Loisirs.

A propos de l'auteur :
Daniel Cario est né en 1948 au Faouët, dans le Morbihan, en plein Centre-Bretagne.
Après des études au lycée de Lorient, il est devenu instituteur puis professeur de lettres modernes en collège. 
Pendant plusieurs années, il a été responsable du secteur formation de la Ligue française de l'enseignement du Morbihan. Il s'est alors intéressé tout particulièrement aux cultures populaires d'essence traditionnelle, et notamment à la danse et à la musique. Il a tout d'abord écrit des ouvrages techniques : Du terroir à la scène : la tradition de danse bretonne et le spectacle et La Danse bretonne, puis il s'est lancé dans le roman en utilisant ses connaissances en matière de culture populaire avec deux trilogies, la première comprenant Le Sonneur des halles, La Musique en bandoulière et La Complainte de la grive et la seconde portant sur le monde des tailleurs-brodeurs bretons au XIXe siècle : Le Brodeur de la nuit, Les Habits de lumière et La Parure du cygne.
Il a continué à se diversifier en écrivant des romans pour adolescents, La Guerre des Trotte-menu et Coup d'Etat chez les Trotte-menu, mais aussi des romans noirs et des policiers dont Au grenier, Prix du roman Produit en Bretagne 2015. Trois femmes en noir est son huitième roman aux Presses de la Cité.

Cet avec cet excellent roman que l'on peut classer dans les romans historiques, que 

Je vous souhaite une agréable semaine à vous tous.

les-coiffes-rouges