LA FOSSE AUX LOUVES BERTRAND CARETTE

La Fosse aux Louves de Bertrand Carette

Virginie était très belle. D'une beauté sans vanité, naturelle, indifférente aux regards des hommes. Virginie ne jouait pas. Ni avec elle, ni avec les autres. Elle était cash, comme on dit maintenant. Le front haut, les traits énergiques, volontaires. Les yeux noirs en amande, francs, surlignés de sourcils élégants. Une bouche gourmande s'ouvrant sur des dents d'une blancheur polaire. Oui, Virginie était ce qu'on appelle une femme appétissante. De celles que l'on aime croquer, péché ou pas, sans réfléchir, spontanément. Un corps empreint de finesse mêlée à une force surprenante, des rondeurs toniques, dessinées sans mollesse, tout en muscles. Oui, Virginie était vivante, mordante, espiègle, belle et intelligente. Très belle et très intelligente. C'était Virginie de Brenne, ainsi nommée par ses amis, propriétaires de la Fosse aux Louves, nom d'un très ancien domaine, sonnant comme un avertissement sans frais à tout visiteur innocent, imprudent, qui en en franchissant le seuil en subissait aussitôt l'envoûtement. Virginie était un danger de séduction malgré elle, et un danger permanent. Sa froideur apparente pour tenir à distance tout homme qui prenait le risque d'être éconduit, comme la plupart d'entre eux d'ailleurs, était en réalité l'expression d'une pudeur bienveillante, sans équivoque. Car elle était honnête, n'entretenait aucune illusion chez autrui, ne semait aucun doute. Elle semblait dire simplement : "Je suis comme ça et je n'y suis pour rien. Fais attention quand même et prends garde à toi".

Extrait du roman La Fosse aux Louves de Bertrand Carette paru aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France le 21 janvier 2016 et disponible (ou à commander) dans toutes nos excellentes librairies indépentes dont notre Librairie Passerelles de Vienne.
Extrait tiré de l'Almanach Des Terres de France.

Quatrième de couverture :
Héritage et jalousies, secrets de famille et passions interdites... Comment Virginie, belle célibataire affranchie, propriétaire d'un haras dans la Brenne, se retrouve confrontée aux malversations d'un oncle véreux et aux tourments d'un amour impossible.
En digne fille de sa mère, Virginie assume pleinement sa façon d'être et de vivre. Célibataire convoitée élevant seule ses deux enfants, elle consacre toute son énergie à ses chevaux et à la Fosse aux Louves, son domaine au coeur de la Brenne qui s'étend entre fermes et étangs, sur plus de cinq cents hectares. Libre, séduisante, puissante... Trop peut-être au regard de celui qui, dans l'ombre, nourrit une haine profonde envers elle et sa mère Hélène depuis le partage d'un héritage dont il s'est senti lésé. Antoine, le bon à rien de la famille, est prêt à tout pour faire main basse sur la Fosse aux Louves. Aux pires coups bas, aux pires accusations.
Seule échappée pour Virginie dont le coeur, enfin, chavire : sa rencontre avec Tristan, pianiste mondialement connu et cavalier émérite...

A propos de l'auteur :
Bertrand Carette est concepteur-rédacteur et directeur de création pour des agences de publicité françaises ou étrangères. 
Il est aussi un amateur chevronné de musique et tout particulièrement de piano, instrument qu'il pratique assidûment depuis l'enfance.
Du clavier de son piano à celui de son ordinateur, il n'y a qu'un pas ! En blanc et noir, son premier roman, est d'ailleurs un thriller psychologique dont l'action se déroule dans l'univers mythique des pianistes concertistes.
Parisien d'origine, il vit depuis vingt-cinq ans en Berry, aux portes du Parc naturel régional de la Brenne, le pays des mille étangs. Région de haras et de vénerie, ce cadre giboyeux et forestier est le creuset de son roman paru aux Presses de la Cité, La Fosse aux louves.
C'est avec cet excellent roman que
je vous souhaite un doux après-midi.

LA FOSSE AUX LOUVES BERTRAND CARETTE - TERRES DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE