9782258049727

La Maîtresse du corroyeur de Sylvie Anne

Honorine et Simone prirent place dans une barque parmi celles et ceux du village. Elles se parlaient peu, observant surtout les fidèles dans les autres embarcations, reconnaissant aussi les différentes paroisses à leurs bannières : Sainte-Marie-Outre-l'Eau (en face de Pont-Farcy) avec les couleurs bleu et blanc de Marie, saint Martin et l'officier romain partageant son manteau, Bény-Bocage sous le patronage de saint Roch et son chien avec ses dorures, ses galons couleur miel, et Sainte-Croix de Saint-Lô... Massés derrière leurs étendards et leurs vicaires en habits sacerdotaux, les paroissiens se tenaient sur les gabarres qui glissèrent bientôt dans un lent mouvement sur les eaux du fleuve canalisé. A l'avant de chaque barque, le drapeau pontifical jaune et blanc flottait dans l'air à peine troublé par le vent.
Après un bref signal des prêtres, des voix commencèrent à s'élever et les cantiques résonnèrent dans la "Petite Suisse", vallée encaissée où les chants trouvaient un puissant écho d'une colline à l'autre. Le saisissant spectacle et la piété enthousiaste firent chanter Honorine avec ferveur. Elle n'avait qu'une pensée gardée secrète mais qui l'habitait avec une étrange force et sa voix en était tout empreinte.
Ce pèlerinage à la Vierge, elle le faisait pour ce fils qu'elle voulait concevoir elle aussi. Ce recueillement intense qui amenait presque des larmes au bord de ses yeux, c'était pour son désir le plus cher, ce prolongement qui ne devait pas cesser depuis ses ancêtres, ses parents, son frère, et qu'elle voulait perpétrer avec l'aide du ciel.
Enfin, Notre-Dame apparut en bordure du fleuve côtier. La basilique de La Chapelle-sur-Vire se détachait sur le bleu du ciel, concentrant sur elle les prières les plus ardentes.
Honorine se dépêcha de débarquer, dans le flot des croyants qui s'écoulait jusqu'aux portes grandes ouvertes de l'église. Elle monta vers le coeur, prit un des plus gros cierges qu'elle paya d'un généreux billet. Simone, qui la suivait, la vit s'agenouiller, se relever, tandis que les orgues entamaient une longue vibration, puis elle s'agenouilla à nouveau et demeura là immobile, coupée du monde, le visage dans ses mains.

Extrait du roman La Maîtresse du corroyeur de Sylvie Anne paru aux Presses de la Cité dans la collection Trésors de France.
Cet extrait est tiré de notre excellent Almanach des Terres de France.

TERRES DE FRANCE - PRESSES DE LA CITE - LOGO

(Découvrez toutes les nouveautés Terres de France en cliquant ci-dessus)