15740945_10211991090561062_3913582337606118613_n

LOGO NOEL 2016

...C'est avec un "zoom" sur la vue que je vous ai montrée hier que je vous retrouve aujourd'hui et un petit extrait du roman Les Soeurs Gwenan d'Hervé Jaouen, cliquez ICI. Extrait publié le 17 décembre dernier, jour de la Saint Gaël, Almanach des Terres de France 2016 :

"Entre la préfecture et les allées de Locmaria s'étendait une vaste place, le Champ de Bataille, avec son kiosque à musique sous lequel la fanfare militaire donnait des concerts. Au-delà s'élevait la pente abrupte et boisée du mont Frugy, un lieu de promenade, pour les amoureux. Au-dessus, il y avait le champ de tir, un très long tunnel en béton qui ne parvenait pas à assourdir le fracas des mitrailleuses du régiment d'infanterie. Après le champ de tir, vers le sud, la campagne, les champs cultivés de la Tourelle, puis d'autres terres qui descendaient en pente douce vers une boucle de l'Odet, le château de Lanniron, et Kerogan, ses bois de pins et sa plage des Gueux.
Pendant plusieurs années ces lieux demeuraient volontairement inaccessibles à Joséphine, comme si elle voulait en conserver plus tard les mystères et l'exotisme. Hormis la place de la cathédrale - à ses yeux une Notre-Dame de Paris dont la magnificence rendait ses prières plus ferventes, le dimanche matin - et les rues étroites et tortueuses qui menaient de la rue du Parc à son meublé rue du Guéodet, dans le vieux Quimper, longtemps la ville se réduisit pour elle à cette portion de rivière qui allait du pont Firmin, près du théâtre, au pont Pissette, le bien nommé. C'étaient "Les quais" !
Garçons et filles "faisaient les quais", le samedi habillés en dimanche, les filles sur le quant-à-soi, les garçons généreux en oeillades et fanfaronnades. Sous le prétendu dédain des filles, des rêves naissaient. On tombait amoureuse et la semaine suivante, le coeur battant, on allait refaire les quais dans la hâte de croiser le beau jeune homme entrevu le samedi précédent et dans le fol espoir qu'il aurait, cette fois, le courage d'engager la conversation, tout en restant poli et réservé, bien entendu, ce que n'étaient pas les troufions, vulgaires aux yeux de Joséphine, et de toute façon trop moches dans leur uniforme couleur caca d'oie et si mal coupé, par rapport à la tenue de marin - ce marin idéalisé pour lequel elle gardait son coeur disponible, en se défendant de céder à des amourettes qui terniraient sa pureté".

C'est donc avec cet extrait du roman Les Soeurs Gwenan d'Hervé Jaouen paru aux Presses de la Cité dans la collection Terres de France, que,

Je vous souhaite une agréable,
douce journée à vous tous.
(Merci pour tous vos petits mots sous mes
précédents billets, votre fidélité)

LOGO NOEL 2016

9782258083974