LES AMOURS PRISONNIERES - ALBERT DUCLOZ - ROMAN DE BOREE

BANNIERE LIVRES

Au son du tocsin, chacun de son côté de la frontière, Jean et Ludwig quittent femme et enfants pour rejoindre le front. Le hasard leur fera vivre le même parcours : prisonniers puis envoyés comme main-d'oeuvre dans une ferme ennemie. Ce qu'ils ne savent pas, ces soldats qui d'ailleurs ne se connaissent pas, c'est que chacun travaillera désormais chez l'autre, et prendra ainsi la place de son opposant, dans les champs mais aussi dans le coeur de l'épouse restée à la ferme... Et ces relations auront des conséquences inattendues sur le destin de leur entourage !

"La guerre ressemble à l'orage, oblige amis et ennemis à se réfugier sous le même abri".

- Ce n'est pas comme vous, Ludwig, votre femme vous a écrit. Elle va bien ? questionna Léoncie.
- Elle va bien, merci ; nos deux enfants également.
Ludwig répondait sans mentir, mais sans joie. Dans sa dernière lettre, le ton, le style d'Hannah, les mots employés paraissaient à Ludwig davantage indifférents ; l'amour semblait absent de son écriture. Ludwig s'en inquiétait, attribuait cela à la guerre, à son absence prolongée. Deux prisonniers français travaillaient dans la ferme. Eprouvait-elle pour l'un d'eux ce que lui ressentait pour Colette ?

Ce roman d'Albert Ducloz résume bien (pas tout bien évidemment) ce qui s'est déroulé pendant cette triste et sombre période de notre Histoire. Histoire dont nous apprenons sans cesse, des faits complètement ignorés, souvent cachés, que l'on apprend de nos historiens en suivant de très bonnes émissions sur les chaînes culturelles et en lisant de très bons ouvrages historiques.

Ce que l'on peut retenir de cet ouvrage est que, des deux côtés de la frontière, que ce soit les Français ou les Allemands, oh combien tous ont souffert ! Souffert du massacre des leurs, mais pas que...

Ce que l'on constate également à la lecture de ce livre, c'est que les collabos n'ont pas hésité à vite se mettre du côté de la résistance afin "d'obtenir des médailles" à la libération alors qu'ils avaient passé leur temps à renseigner "l'ennemi" ! Dingue ! 

Bien évidemment, on ne retrouve pas ce genre de faits que dans les ouvrages d'Albert mais dans beaucoup d'autres que ce soit très bons romans régionaux à travers l'histoire ou romans historiques. 

Et le terme "boche" ? A quoi correspond il vraiment ? Quand il arrive d'entendre des jeunes générations l'employer encore à ce jour, n'est-ce pas un peu "beaucoup" de la germanophobie ? Du rascime cela c'est sûr !

Pour terminer en beauté, que de belles histoires d'amour ! Que ce soit les Français ? Les Allemands ? Nous avons tous un coeur, des émotions, des sentiments etc... Il en va de même pour toutes les nationalités !

Pour son propre plaisir, Albert Ducloz écrit depuis l'enfance romans, posésies, contes et nouvelles. Pourtant, après une carrière de directeur d'établissement de soins, ce n'est qu'en 2002 qu'il publie son premier roman Citadelles d'orgueil. En 2015, Les Trois Promesses a obtenu le prix du Cercle littéraire Médicis et Le Chant d'Aurore le prix La Plume et la Lette. Les Amours prisonnières est son huitième roman aux éditions De Borée.

Albert Ducloz m'a dédicacé cet ouvrage lors de La Fête du Livre de Septème dans l'Isère, sur le Stand de la Librairie Passerelles.

A lire.

J'en profite pour vous souhaiter une douce soirée
ainsi qu'une belle semaine à vous tous.

BANNIERE LIVRES

UNDERWOOD - MACHINE A ECRIRE ANCIENNE