41ML0jpb91L__SS500_

Alexandre Jardin a écrit maints "romans ensoleillés" - c'est son expression - pour dissimuler la sombre réalité familiale qui endeuillait son esprit et son coeur. Son grand-père, Jean Jardin, le Nain jaune, directeur de cabinet de Pierre Laval à Vichy, a entériné de facto la rafle du Vél d'Hiv du 16 juillet 1942, et participé à la promulgation de lois qui faisaient des Juifs des êtres traqués, privés de travail et de biens. Il n'en a pas moins conservé jusqu'à sa mort, en 1976, sa bonne conscience... Les Jardin - et d'abord le père d'Alexandre, Pascal - ont voulu se convaincre que le Nain jaune était resté propre, bien qu'il se fût baigné dans l'ignominie... Alexandre, qui semblait regarder ailleurs, a, pendant trentes ans, "rassemblé une à une les pièces du puzzle de cette vérité à affronter". Il s'est plongé dans l'horreur. Le résultat, c'est ce livre, superbe et douloureux, "les fiançailles du chagrin et de la pitié".

***